Les mécènes

Les entreprises s’engagent pour « Hauts-de-France Propres »

La protection de l’environnement est aujourd’hui un enjeu et un défi pour la société. Les actions de l’entreprise en faveur de l’environnement ont souvent un caractère réglementaire, financier, économique, or le mécénat sans aller à l’encontre de l’intérêt de l’entreprise, bien au contraire, arrive à transcender ces actions utilitaires et à devenir un « outil identitaire ».

Les entreprises ont compris que ce domaine du mécénat en particulier, peut être porteur d’initiative et d’innovation. D’ailleurs, le soutien des entreprises à la biodiversité a d’abord été porté par le mécénat,  avant de l’être de façon plus systémique et transversale par les directions développement durable ou Responsabilité Sociale des Entreprises.

Les entreprises qui soutiennent l’opération « Hauts-de-France Propres » ont le souci de protéger notre région, de s’impliquer sur notre territoire et le préserver.


L’objectif de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, établissement public de l’Etat, est de favoriser les investissements nécessaires à la protection de l’eau et des milieux aquatiques et humides (745 millions d’euros en 2017), tout en satisfaisant le besoin d’information du public. La stratégie de communication de l’agence vise à partager la politique de l’eau avec les élus, les usagers et les citoyens et à mieux faire comprendre le fonctionnement et les enjeux de la préservation de l’eau et de la biodiversité.
Parce que nous sommes tous citoyens de l’eau, l’Agence de l’eau Seine-Normandie soutient ainsi des actions de communication et d’éducation à la citoyenneté pour l’eau visant à informer et responsabiliser petits et grands à la protection de l’eau, ressource vitale pour la VIE (classes d’eau, partenariats éducatifs, formations, sentiers pédagogiques, animations et chantiers nature, etc.). En 2017, 1 526 classes d’eau et plus de 200 partenariats de communication et de pédagogie active ont été financés sur le bassin Seine-Normandie pour un montant de 2,8 M€.
Par son soutien à l’opération Hauts-de-France Propres 2018, l’Agence de l’eau Seine-Normandie souhaite contribuer à cette démarche régionale exemplaire de sensibilisation pour une participation responsable de chaque citoyen à la préservation de notre environnement.
Site internet : www.eau-seine-normandie.fr Contact : magoutier.melissa@aesn.fr


Respecter et protéger durablement l’environnement
En charge du transport d’électricité haute et très haute tension, RTE est un acteur déterminant de la transition énergétique. Fort de ce rôle et de cette responsabilité, RTE apporte des solutions et des services au-delà du seul accès à l’électricité et s’inscrit dans une démarche continue pour préserver durablement l’environnement.

La préservation des milieux naturels et de la biodiversité est un des principaux axes de la politique Environnement de RTE.
Les services rendus par les écosystèmes sont des ressources essentielles des territoires. Avec 90% de ses installations situées en pleine nature, RTE veille à l’intégration de ses ouvrages et de ses activités dans l’environnement. Le respect des zones naturelles protégées et de la faune et la flore est une priorité prise en compte dans le cadre de la conception, la construction et l’exploitation des ouvrages de transport d’électricité
RTE concourt à la préservation des milieux naturels à proximité du réseau électrique en limitant son empreinte et en développant des mesures en faveur de la biodiversité, telle que le développement de corridors verts sous ses lignes pour faciliter les déplacements des espèces animales et végétales ou des aménagements cynégétiques aux pieds des pylônes afin de favoriser la biodiversité et la faune sauvage.
Dans le prolongement des conventions de partenariat signées avec les Fédérations Nationales de Chasse et de Pêche en 2008 et 2014, RTE a souhaité s’associer aux fédérations de chasse et de pêche de la région des Hauts-de-France très impliquées dans l’opération « les Hauts-de-France propres».
Notre mission fondamentale est d’assurer à tous nos clients l’accès à une alimentation électrique économique, sûre et propre. RTE connecte ses clients par une infrastructure adaptée et leur fournit tous les outils et services qui leur permettent d’en tirer parti pour répondre à leurs besoins, dans un souci d’efficacité économique, de respect de l’environnement et de sécurité d’approvisionnement en énergie. A cet effet, RTE exploite, maintient et développe le réseau à haute et très haute tension. Il est le garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique. RTE achemine l’électricité entre les fournisseurs d’électricité (français et européens) et les consommateurs, qu’ils soient distributeurs d’électricité ou industriels directement raccordés au réseau de transport. 105000 km de lignes comprises entre 63 000 et 400 000 volts et 50 lignes transfrontalières connectent le réseau français à 33 pays européens, offrant ainsi des opportunités d’échanges d’électricité essentiels pour l’optimisation économique du système électrique. RTE emploie 8500 salariés.

Compte twitter


Un outil de solidarité au service de l’eau
Comme les 5 autres agences de l’eau françaises, l’Agence de l’Eau Artois-Picardie a été créée par la Loi sur l’Eau de 1964. Etablissement public de l’Etat agissant sous tutelle des Ministères de la Transition Ecologique et Solidaire, et de l’Economie et des Finances, l’agence de l’eau est un véritable outil de concertation et de solidarité financière entre les acteurs socio – économiques de la politique de l’eau dans le Bassin Artois-Picardie. Les redevances qu’elle perçoit auprès des agriculteurs, des industriels et des habitants constituent l’essentiel de ses recettes. Elles lui permettent de verser des aides financières à tous ceux qui, sur le bassin, réalisent des actions de lutte contre la pollution de l’eau, gèrent et préservent les milieux aquatiques, protègent la ressource et sécurisent l’eau potable. L’Agence applique donc le principe « Pollueur-Payeur».
A noter que depuis 2016, La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a étendu  les missions des agences de l’eau à la biodiversité marine et terrestre.

Plus petit bassin hydrographique de France métropolitaine en superficie, il s’étend sur les districts internationaux de l’Escaut et de la Meuse. Pour 20 000 km² de superficie, le Bassin Artois – Picardie compte 8 000 km de cours d’eau et 270 km de côtes.
75% de sa population est urbaine, et ses 4,7 millions d’habitants se répartissent sur 2 479 communes.
A ce titre, le Bassin Artois – Picardie couvre 100% des communes du Nord et du Pas-de-Calais, 94% de la population de la Somme, 14% de la population de l’Aisne et 13% de la population de l’Oise.
310 millions de m3 d’eau potable pour 1 100 forages y sont produits par an, 93% de la production provenant de l’eau souterraine. Le prix moyen de l’eau dans le Bassin Artois – Picardie de 4,51 € TTC par m(référence année 2015).
Le Xème Programme d’Intervention, en respect d’un cadrage législatif national et européen, détermine les règles d’intervention de l’Agence pour la période 2013-2018, et prévoit à ce titre 1 milliard de dépenses et de recettes pour participer au financement de 2,5 milliards d’euros de travaux.

Ce Programme d’Intervention a été approuvé et adopté par le Conseil d’Administration de l’Agence de l’Eau, présidé par  Michel LALANDE, Préfet de la région Hauts-de-France, Préfet du département du Nord, après avis du Comité de Bassin Artois – Picardie.
Ce dernier est un véritable parlement de l’eau qui réunit toutes les catégories d’usagers, dont les collectivités territoriales, les industriels, les agriculteurs, les pêcheurs, les consommateurs, mais aussi les représentants de l’Etat et de ses établissements publics.
Il est présidé par André Flajolet, Maire de Saint-Venant, Conseiller Général du  Nord-Pas de Calais, Conseiller Communautaire d’Artois-Lys, président du comité national de l’eau (2008 et 2012) et rapporteur de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006.
Avec son Xème Programme d’Intervention, l’Agence s’est engagée pleinement dans une démarche de développement durable :

  • Au titre de l’environnement : en œuvrant pour l’atteinte du bon état des eaux
  • Au titre de l’économie : en injectant 1 milliard d’euros en 6 ans dans l’économie sur 2,5 milliards de travaux
  • Au titre du social : en induisant 11 000 emplois

Pour la mise en œuvre du SDAGE 2016-2021 et le ciblage des actions les plus efficaces au regard des objectifs, le programme financier des interventions de l’Agence de l’eau a été adapté. Il prévoyait notamment :

  • une priorisation de ses actions dans les secteurs identifiés comme les plus « urgents »,
  • la lutte contre les fuites dans les réseaux d’eau potable,
  • la mise aux normes des bâtiments d’élevage dans les nouvelles zones vulnérables pour lutter contre la pollution par les nitrates,
  • le déploiement de techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales,
  • l’incitation à l’innovation, en particulier pour l’agriculture et l’industrie.

Le 11ème Programme d’intervention, en cours d’élaboration depuis quelques mois déjà, portera sur la période 2019-2024.

Le SDAGE est un document de planification de la gestion de l’eau. Il donne les objectifs et les dispositions nécessaires pour atteindre les objectifs environnementaux. Les priorités définies pour les 5 années à venir seront financées au travers des redevances perçues via la facture d’eau. Celles-ci ne feront pas l’objet d’une augmentation pour les ménages.
Le SDAGE Artois-Picardie 2016-2021 a été adopté par le comité de bassin le 16 octobre 2015. Il établit un  programme à la fois ambitieux et réaliste pour la reconquête de l’eau et de la biodiversité.
Dans un contexte de changement climatique, le SDAGE prévoit entre autres, une reconquête des captages en eau potable dégradés et une amélioration de 40 % de la qualité écologique des cours d’eau, plans d’eau, estuaires et eaux côtières.
Il introduit des règles nouvelles visant la préservation des zones humides et des prairies, la gestion des eaux pluviales, la restauration de connexions latérales aux cours d’eau pour la biodiversité et la gestion des inondations ainsi que l’accompagnement de la mise en place de la nouvelle organisation intercommunale pour la gestion des inondations et des milieux aquatiques.

Crédit Agricole Brie Picardie et Crédit Agricole Nord de France s’associent conjointement à l’opération Hauts de France propres
Sur le territoire des Hauts de France, ce sont 6000 collaborateurs et 2000 administrateurs qui font vivre les valeurs du Crédit Agricole : proximité, solidarité, responsabilité.
Banques coopératives et mutualistes, acteurs bancaires de premier plan, le Crédit Agricole Nord de France et le Crédit Agricole Brie Picardie soutiennent le développement économique de leurs territoires et accompagnent chaque jour les projets de leurs clients.

Les 2 Caisses régionales ont également adopté une démarche volontariste de Responsabilité Sociale et Environnementale, agissant au quotidien pour un développement durable.
Sollicitée par la Fédération des Chasseurs de la Somme dans le cadre de leur partenariat historique, la Caisse régionale Brie Picardie s’était déjà engagée en octobre 2012 à soutenir Som’Propre, une opération lancée en mars 2012 pour collecter les déchets dans la nature. Initiative unique en France de la part d’une Fédération des Chasseurs, la plus grande opération de nettoyage jamais entreprise dans le département de la Somme avait mobilisé en 2012, 2013 plus de 22 000 bénévoles venus prêter leurs bras pour collecter plusieurs centaines de tonnes de déchets, avec l’appui logistique des collectivités territoriales. Cette opération solidaire et éco-citoyenne renouvelée en 2016 et 2017, impliquant alors la quasi-totalité des communes du département a été largement relayée dans la presse locale.
De son côté, la Caisse régionale Nord de France soutient de nombreuses associations qui œuvrent à la protection des espaces naturels, à la sensibilisation des publics au recyclage et au respect de la nature, comme Noeux Environnement, Atre ou Nature Propre 62 ou Rivages Propres Côte d’Opale…
Du reboisement des forêts domaniales du Nord Pas de Calais au partenariat avec le Conservatoire des espaces naturels en Picardie, les Caisses Nord de France et Brie Picardie contribuent chacune sur leurs territoires à la préservation et la valorisation de leur patrimoine naturel et s’associent cette année pour soutenir encore davantage l’initiative de leurs partenaires Fédérations de Chasse et de la Région Hauts de France.

Sanef est un groupe gestionnaire d’autoroutes et un opérateur de services.

Sanef fait partie du groupe Abertis, premier opérateur mondial de gestion d’autoroutes et de télécommunications, le groupe Sanef exploite 2 063 km d’autoroutes, principalement en Normandie, dans le Nord et l’Est de la France. Le groupe emploie environ 2 700 personnes pour un chiffre d’affaires de 1,658 milliard d’euros en 2016.

Principales filiales : Sapn, Bip&Go…
www.sanef.com